5 nus qui ont bouleversé l’histoire de l’art

Maja_desnuda_(museo_del_Prado)

Jusqu’à la Révolution française, les nudités n’étaient justifiées dans l’art que dans la peinture religieuse ou de mythologie. Le xixe siècle est une époque de remise en question de ces conventions.

Nous vous proposons ici de retrouver 5 peintures de nus qui ont bouleversé l’histoire de l’art.

Francisco Goya,  La Maja Desnuda (1797-1800)

La Maja Desnuda

La maja nue de Goya a le regard confiant et fixe le spectateur sans honte ni timidité. Cette peinture, qui représenterait la maîtresse du peintre espagnole, fût commandée pour un usage privé et devait être à l’abri du regard public. Elle fût néanmoins découverte et choqua les mœurs de l’époque pour sa transgression.

 

Gustave Courbet, Femme Nue Couchée (1862)

Femme nue couchée est un tableau peint en 1862 par Gustave Courbet. Cette femme en partie nue, allongée sur son lit, fit scandale à l’époque car elle n’avait aucun prétexte historique ou mythologique. De plus, cette jeune Saintaise prénommée Françoise s’expose dans une attitude de volupté et de désir qui était absolument choquante pour l’époque.

Femme nue couchée disparut une bonne partie du XXème siècle et ne réapparut que lors d’une exposition au printemps de 1940, au Musée des beaux-arts de Budapest.

 

Gustave Klimt, Danae (1907)

Ce chef d’oeuvre de Klimt représente le corps de la belle dormeuse Danaé qui épouse la forme d’un œuf, symbolisant la fécondité. Endormie et innocente, les traits du visages relâchés posent une contradiction avec la sensualité produite par sa cuisse offerte, son sein et sa bouche entrouverte..

Une atmosphère onirique baigne cette composition inspirée de la mythologie et chargée d’érotisme.

 

Marcel Duchamp, Nu descendant un escalier n° 2 (1912)

Nu descendant un escalier n° 2 est peint en janvier 1912. Bien qu’il fit scandale lors de son exposition à l’Armory Show de New York en 1913, il consacra la gloire de Marcel Duchamp et marqua le début de l’art moderne aux États-Unis.
Avant cette peinture, la représentation du nu devait répondre à certains critères. Or ici, le nu est montré dans une figuration de mouvements et rompt avec les codes classiques.

 

Lucien Freud, Benefits Supervisor Sleeping (1935)

Le petit-fils de Sigmund Freud a peint une femme obèse nue et couchée sur un canapé. C’est en fait un portrait de Tillet, conseillère d’un centre d’emploi qui lui servit de modèle à plusieurs reprises autour de la période 1994-1996.  Il a dit de son corps “ C’est de la chair sans muscle et elle a développé une texture d’un genre différent en portant une chose tellement lourde”
Vendue par Christie’s à New York 2008, la peinture a détenu le record du monde du prix le plus élevé payé pour une peinture d’un artiste vivant, soit 33,6 millions de dollars.

 

Jules Lefebvre, La cigale (1872)

Mais qui se souvient encore des jeunes filles en fleurs de Jules Lefebvre (1836 -1911) ? Pour en découvrir plus
Un article à lire sur le nu dans l’art

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *