Interviews

Manuel Müller pour Singulart !

Qu’appréciez-vous particulièrement dans votre travail ?

Le côté obsessif, mais qui évolue malgré tout au fil des ans. La violence qui s’exprime, grâce entre autres au côté « primitif » de la gravure sur bois.
494_9daf03085a85031a7d28248f1183bb0d

Jettatura © MANUEL MÜLLER

Pouvez-vous nous en dire un peu sur « verdure » ?

Par analogie avec ma forêt de sculptures, mes personnages sont au milieu du bois, à demi cachés par la végétation galopante.
J’ai d’ailleurs fait un livre avec l’écrivain Jacques Chessex, qu’il a intitulé « une nuit dans la forêt ». Editions notari, 2009 je crois.
494_6af9b3aaf29dee7f44db6ec467ee4042

verdure © MANUEL MÜLLER

Lorsque vous travaillez sur un nouveau projet, par quoi commencez-vous ?

Par des croquis vite faits, pour préciser l’idée. Ou, souvent, directement dans la matière, par un détail, position de main, forme particulière d’une tête. En général le reste de l’oeuvre suit naturellement.
494_b91ef2931238c26e9454eb42e34e0fd9

autoportrait angoissé © MANUEL MÜLLER

Que pensez-vous de la relation entre l’art et le numérique ?

Le numérique représenterait pour moi un intérêt commercial, mais jusqu’à présent ce n’est pas convaincant!
Sinon, comme moyen d’expression c’est zéro pour moi, je reste un manuel.

Rétrospectivement, que pensez-vous de vos oeuvres de jeunesse ?

Dans mes travaux de jeunesse, qui étaient abstraits, je trouve les embryons de mes thèmes, qui n’ont finalement pas beaucoup changé. J’aime aussi en eux une certaine brutalité due à la maladresse de celui qui ne maîtrise pas encore parfaitement son métier.

Déouvrez Manuel Müller sur Singulart :www.singulart.com/fr/artiste/manuel-müller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *