Interviews

Yao Metsoko pour Singulart !

Comment avez vous trouvé votre voie artistique?

Depuis mon enfance et très tôt, j’ai été porté sur la chose artistique et en l’occurrence les Arts plastiques. Constatant mon talent d’alors, ma mère m’encourage à dessiner des images d’iconographies religieuses et c’est ainsi que commence ma vie artistique.
Plus tard, mes rencontres et recherches artistiques avec méthode et détermination me mèneront vers un art personnel.
113_e4a1aec3e69b314d1ba985b0a2a9485b

Nature 1© YAO METSOKO

Qu’appréciez vous particulièrement dans votre travail?

L’Art est par excellence le refus des formes conventionnelles figées. Par conséquent , il me procure dans ma pratique artistique un sentiment de renouvellement permanent de ma pensée artistique mais également, il constitue pour moi un espace majeur de liberté d’expression.
J’aime les possibilités qu’offre l’Art à travers les questionnements au temps, à l’espace et à la société. Mais aussi les passerelles culturelles et ponts qu’il permet d’établir.
J’aime particulièrement dans mon Art, qu’il exprime mes sentiments les plus profonds et qu’il révèle une certaine vision du monde.

Comment vos origines vous ont inspiré?

Artiste franco-togolais, je porte la mémoire de mon pays d’origine le Togo et de l’Afrique en général. J’arrive en France à 19 ans après avoir intégré un certain nombre de codes traditionnels. Aussi j’aime garder en moi et valoriser ce qui fonde les valeurs cardinales de la mémoire vivante des peuples africains pour mieux me projeter dans le monde; l’Art est donc pour moi un puissant vecteur du lien spirituel que j’entretien avec l’afrique.
252_e61982af451a0650f81e063ffd3715a4

Nature © YAO METSOKO

Pouvez vous nous en dire un peu sur la série «quintessence»?

La série d’œuvres intitulées «Quintessence…» s’inscrivent dans le cadre du travail de la préservation du patrimoineavec un accent tout particulier sur le rôle des artistes de la diaspora à l’égard de l’Afrique Contemporaine.
«Quintessence…» est l’une des déclinaisons de cette pensée artistique aussi libre qu’engagée de ma part. A travers cette série d’œuvres, je mène une réflexion artiste, philosophique et politique sur la question de la préservation du patrimoine et de sa valorisation.
157_7003e9843287ba36254304841a61770a

Les portes du bonheur© YAO METSOKO

Dans ces œuvres, l’habit représente symboliquement la maison, la femme, la mère, la terre-mère. Chez les Akposso qui sont issus des peuples Adja-Tado (région des plateaux au Togo) cette maison est d’essence féminine. Ainsi, de ses traditions millénaires, sa structure familiale et sociale est le matriarcat . C’est pourquoi ici, ces habits portent des seins; magie opérée par l’acte artistique, «l’art souverain». La maison est un temple et les 74 figures rectangulaires dites «Assafu» représentent les gardiens de l’avant cour et de l’arrière cour du temple .
Pour la première fois, un artiste intègre ces figures millénaires, expression du rapport au cosmos et à l’invisible de nos ancêtres dans une œuvre contemporaine. Ainsi, le passé et le présent se font face rendant possible de façon magistrale, la fluidité dans la continuité de la vie.
157_499d9a6e0a97161e1e6b3bcf64346fdb

les 3 piliers© YAO METSOKO

En partageant cette mémoire par le biais de la création artistique, nous la réactualisons et de ce fait, nous lui garantissons son universalité.
Puisse ce travail artistique (vous) nous inspirer et contribuer à enrichir notre quête de connaissance et dans le respect mutuel de nos valeurs intrinsèques.

«Quand meurt un palmier, il en repousse à sa place un autre»dit le proverbe Akposso.

Quels artistes admirez vous?

Trois Artistes que sont, le peintre Marc Chagall, le perliste Clem Lawson et le sculpteur Ousmane Sow ont fondamentalement bouleversé ma vie d’Artiste;
J’aime l’œuvre de Marc Chagall pour son caractère poétique et sa grâce infinie.
J’aime l’œuvre de l’Artiste togolais Clem Lawson pour son authenticité, sa technicité et sa puissance évocatrice.
J’aime enfin l’œuvre du sculpteur sénégalais Ousmane Sow pour sa force et son humanisme.

Texte de Yao METSOKO

Saint-Ouen, le 21 novembre 2017

Découvrez l’univers de Yao METSOKO sur Singulart :www.singulart.com/fr/artiste/yao-metsoko

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *