Interviews

Le photographe Stéphane Vereecken

Pouvez-vous vous présenter brièvement ?

Je suis un artiste belge. J’expose essentiellement en Belgique dans divers lieux culturels ou en galeries depuis vingt ans. Ma passion et ma dévotion artistique sont venues assez jeune et je ne m’imagine pas faire

autre chose. Depuis longtemps je travaille avec des photos. D’abord avec des collages photographiques dans les années 90, et après 1999 par le biais de courts-métrages et de vidéos d’arts. Je travaille actuellement en photographiant des paysages, des modèles

et je dessine sur mes images des croquis d’un futur possible ou d’une vie en devenir. Mes images sont surréalistes et je développe depuis de nombreuses années une série qui se nomme les Rabid Animals.

Mon site reprend assez bien mon parcours :https://vereeckenstephane.wixsite.com/stephanevereecken

rabidA03

Lorsque vous travaillez sur un nouveau projet, par quoi commencez-vous ?

Je fais des croquis, je note mes idées sur papier ou sur mon téléphone.Je commence toujours en dessinant mes petits personnages et leur environnement, et en écrivant les phrases ou les slogans qui finissent par intégrer l’image finale.

Ensuite je réfléchis à la gestuelle et aux poses des modèles pour donner un sens, caché ou sublimé, et aussi donner une identité aux paysages à photographier. Car je ne photographie jamais un simple paysage, il doit avoir sa propre vie et une place bien définie dans l’image finale. Le tout forme une alchimie qui donne des images surréalistes dans la forme et dans le fond. Les différentes strates et couches donnent une image chargée d’informations. C’est au spectateur à décoder selon sa sensibilité le sens caché ou sublimé de l’image.

WW5

Est-ce qu’il y a des sujets que vous trouvez difficile à photographier ?

J’ai, comme beaucoup d’artistes, une Arlésienne qui viendra à terme très probablement un jour … ou jamais, mais délicat à mettre en oeuvre et à réaliser. Il n’y a pas spécialement des sujets difficiles à photographier. Il y a des projets qui restent assez longtemps à l’état de croquis. Leur gestation est plus lente, il faut juste attendre le bon moment et aussi rencontrer le modèle parfait pour le concrétiser. Pour le moment j’ai réalisé tous mes fantasmes.

rabidA05

rabid animals 005, 42x32cm

Pouvez-vous nous en dire un peu sur votre série « white wall » ?

Cette série où l’humain est mis en avant, et où bien sûr le modèle est aussi mis en avant , est photographié sur un fond blanc neutre car c’est l’humain qui est ici l’oeuvre d’art, c’est comme photographier une sculpture vivante.

L’humain est au centre de l’oeuvre. d’ailleurs la plupart des images ont un format dit en portrait.Les images racontent un futur possible, une architecture du vivant, avec une ossature urbaine, une charpente végétale et minérale qui soutiennent l’image et le sens de la figure où transparaît un réel possible. Je veux construire une architecture mouvante d’un futur possible où rien n’est figé.

expo2017010

Quels artistes admirez-vous ?

Enfant, c’est Léonard de Vinci qui est à la fois un artiste et un inventeur qui m’a intéressé. La Joconde est une «photographie» parfaite. Jérôme Bosch reste pour moi un grand maître. Ensuite je me suis intéressé aux artistes à l’univers sensible et particulier comme Ralph Eugène Meatyard, David Lynch ou plus récemment le réalisateur grec Yórgos Lánthimos.

Quoi signifie l’art et la photographie pour vous ?

Un saut dans l’inconnu très excitant.

IMG_4259

Le profil de l’artist sur Singulart:https://www.singulart.com/fr/artiste/st%C3%A9phane-vereecken-742x

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *