Interviews

Entretien avec le photographe Edouard Mazaré

Comment avez-vous trouvé votre voie artistique ?

Ah c’est un parcours assez mouvementé !
Tout petit j’étais déjà un passionné de dessin et je le suis toujours resté. J’adorais dessiner lesobjets, lesperspectives, jouer avec les points de fuite…
C’est à16 ans que j’ai découvert la photographie avec mon premier reflex et dès ce moment là c’est simple : je n’ai jamais cessé de prendre des photos.
J’ai très vite orienté mes études autour de l’Art avec un Bac Arts Appliqués pour me spécialiser ensuite dansle design produit puis pour finir avec le diplôme des Beaux Artsoù je me suis passionné pour le graphisme. Et cela a payé car une fois mon diplôme obtenu j’ai de suite travaillé en tant graphiste puis en tant que directeur artistique dans de belles agences de publicité parisiennes.Durant tout ce temps je continuais sans relâche à faire de la photographie : des portraits, des scènesde rue, dans le métro …
Au bout de 7 ans il m’a fallu plus de liberté : je sentais en moi ce besoin viscéralde m’exprimer totalement sans contraintes … Bref il fallait que je sorte vraiment ce qu’il y avait dans ma tête et dans mon ventre.Et c’est là où j’ai eu l’idée d’une techniquephotographique complexe me permettant d’avoir des rendus assez étonnants. J’ai très vite compris que pour la mettre au point il me faudrait du temps, beaucoup de temps … J’ai donc quitté mon poste de directeur artistique pour me retrouver enfin seul avec deux choses : mon boitier et du temps.

serie_2036_4304a5267bf8fae72f7aae4e630ba517

CARA’S MOUTH, 2017, 45×90 cm

Vous avez travaillé pour une agence de publicité avant la photographie ?

La dernière agence chez qui j’étais directeur artistique était Publicis Dialog. Maisje n’ai jamais cessé de travailler en tant que photographe sur mon temps libre : que ce soit pour des agences de publicité, des événements, des portraits de comédiens… Je cumulais les deux métiers et j’adorais ça. Mais ce qui m’anime aujourd’hui c’est bien mon unique série : elle me permet de fusionner mes deux passions en une.

Est-ce qu’il y a des motifs que vous trouvez difficile à photographier?

Avec cette série je suis dans la retranscription de l’ambiance d’un lieu : chaque image est faite en une seule prise de vue et sans logiciel de montage donc c’est déjà relativement complexe pour obtenir une image correcte. Je m’oriente vers le portrait depuis quelques temps mais c’est un exercice encore différent car il faut gérer le modèle etcomme je l’ai dit précédemment cela prends beaucoup de temps donc gérer un modèle en plus cela rajoute une certaine difficulté.

serie_2036_a77ff727b5effb089704da8e46d20cda

ZONE, 2017, 100×150 cm

Comment avez-vous développé votre propre style et technique?

Je crois que si j’ai réussi à développer mon style et ma technique c’est tout d’abord parce que je me suis écouté. Et oui ça peut paraître simple comme idée mais c’est pourtant tellement vrai. Quand les gens parlent de mes photos ils évoquent une approche très graphique de l’image et je ne peux en aucun cas la nier : c’est bien cette passion pour le graphisme, les lignes, les perspectives qui ressort entre autres dans mes clichés. Il y a ce côté pictural très présent que je tiens absolument à garder car c’est cela qui me connecte avec le dessin, la peinture… Car oui cette technique me permet de jouer un peu comme un peintre en mélangeant textures, couleurs et volumes.
Pour le côté purement technique c’est d’abord le résultat de nombreuses années à manier le boitier dans toutes les conditions possibles et imaginables. Ensuite il s’agit de prendre le temps de regarder les choses : comment se métamorphose une façade d’immeuble minute par minute au moment du coucher de soleil par exemple. Dans mon approche artistique il y a un premier temps important d’observation des lieux pour comprendre comment ils fonctionnent « graphiquement ».

serie_2036_cfb910b3a9649b22b84421e3a17f1ccc

WILLIAMSBURG 02, 2017, 75×100 cm

Quelles sont les grandes étapes de votre carrière artistique ?

Je parlerai de carrière quand j’aurais 60 ans de photographie derrière moi. 🙂 (et si j’y arrive!) Il y a déjà eu beaucoup de moments importants malgré tout.

J’ai eu notamment la grande fierté d’avoir été choisi par le groupe de prestige Moët Hennessy pour faire la totalité des photographies de leurs différents domaines à travers le monde: ce fut un travail d’1 an et demi dans plus de 10 pays…Ce fut une expérience absolument surréaliste sur tous les plans.

Quels artistes admirez-vous ?

Si l’on parle d’artistes photographes, vidéastes ou plasticiens : je répondrais Brassaï, Eliasson, Sebastiao Salgado, Turner, Matthew Barney, Bill Viola …

Mais il y a tellement d’artistes musiciens qui sont de vrais inspirations pour moi : Nina Simone, Jacques Brel, Chopin, Django Reinhardt, Daft Punk, Nougaro …

Car oui je ne l’ai pas dit plus tôt mais je travaille toujours en musique, mon casque audio vissé sur mes oreilles … C’est le seul moyen que j’ai trouvé pour rester totalement dans ma bulle pour composer avec les éléments autour de moi.

serie_2036_bac85d7adc99f2bc8e570bf16b9de2a5

BROTTEAUX 04, 2017, 100×150 cm

Le profile de l’artiste sur Singulart :https://www.singulart.com/fr/artiste/edouard-mazar%C3%A9-60

La site web d’Edouard Mazaré :https://www.edouard-mazare.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *