Histoire de l'art,  Mouvements et techniques

Le Paysage

Le paysage est un genre très populaire dans l’art occidental, qui possède une longue et riche tradition. Les peintures de paysages représentent généralement une variété de scènes naturelles comme les montagnes, les rivières, les vallées, les forêts, les champs et les côtes. Cette définition a été élargie au XXème siècle pour inclure les paysages urbains et industriels. Les peintres paysagistes sont inspirés par le monde qui les entoure. Si les peintures de paysages sont principalement figuratives, elles sont devenues de plus en plus abstraites au cours du XXème siècle. Les artistes contemporains peignent généralement un paysage parce qu’ils sont émus par sa beauté, ou pour souligner la relation entre l’homme et l’environnement.

Le temps d’une pause, Olivier MESSAS, Acrylique, Huile sur toile, 120 x 120 cm

Certains croient que Léonard De Vinci a créé la première peinture de paysage au XVème siècle. Cette idée commune est pourtant fausse. La tradition paysagiste remonte au IVème siècle en Chine, quand les peintres chinois ont cherché à capturer leur perception du paysage. Le genre du paysage est ensuite devenu si populaire en Chine que le début du IXème siècle est appelé l’aube du Grand ge du Paysage Chinois.

Dans la tradition occidentale, l’appréciation de la nature pour elle-même n’a pas toujours été populaire, et les paysages ont longtemps été principalement utilisés comme toile de fond pour les peintures historiques ou les portraits. Le paysage ne devient véritablement populaire qu’au XVIIème siècle. On relève quelques indices d’une tradition paysagiste dans certaines peintures de l’époque de la Grèce antique et de Rome, mais ces peintures comportent souvent d’autres éléments. Le paysage avec passerelle d’Albrecht Altdorfer, qui date du début du 16ème siècle, est considéré comme le premier vrai paysage de l’histoire de l’art occidental. Dès lors, d’autres individus de l’école allemande du Danube ont commencé à développer ce genre à ses côtés.

Blüten am Fluss I, Dagmar VOGT, 2017, Acrylique, Laque sur toile, 100 x 100 cm

Pendant la Renaissance, le paysage a commencé à être considéré plus sérieusement, et dans les peintures des artistes français Claude Lorrain et Nicolas Poussin, le paysage acquiert pour la première fois la place centrale du tableau au lieu du sujet historique supposé. Ils ont peint des œuvres stylisées qui imitaient les paysages de la Grèce antique et de Rome. Ce sont ces scènes pastorales idéalisées que l’on qualifiera plus tard de paysage classique. Pendant ce temps, les peintres hollandais au XVIIème siècle ont commencé à développer un style plus réaliste et plus naturaliste, comme dans les paysages d’Aert van der Neer.

Au XVIIème siècle, l’académie française avait établi une hiérarchie des genres artistiques et plaçait le paysage au quatrième rang par ordre d’importance. Cela démontre la faible considération que la société avait pour le paysage à cette époque. Cependant, au XVIIIème siècle, il a continué à croître et au XIXème siècle, la peinture de paysage a connu un véritable boom. On explique cela par deux facteurs: l’un étant qu’en philosophie, il se développait l’idée que la nature était une manifestation directe de Dieu. L’industrialisation et l’urbanisation ont également éloigné la population de la nature. Ainsi le désir de célébrer la nature dans toute sa splendeur se fit ressentir. La peinture de paysage a été décrite par John Ruskin comme «la principale création artistique du dix-neuvième siècle», et il est vrai qu’en Grande-Bretagne, la peinture de paysage a été popularisée par deux grands maîtres du genre: John Constable et J. M. W. Turner.

Portobello Road W11, Camilla DOWSE, 2017, Acrylique sur bois, 61 x 61 cm

Les peintres impressionnistes en France ont poursuivi cette tendance et ont vraiment révolutionné la peinture occidentale. Des artistes tels que Manet, Monet et Renoir ont adopté une approche délibérément informelle, brouillant les lignes entre les croquis et les pièces finies. Ils ont esquissé la scène directement, en plein air, et ont abandonné les techniques traditionnelles comme le clair-obscur et la perspective pour retranscrire directement leurs propres expériences du paysage. La hiérarchie traditionnelle des genres s’est effondrée et le paysage est devenu l’une des formes les plus populaires de la peinture.

Au début du XXe siècle, l’Hudson River School a perpétué la tradition du paysage aux États-Unis, et est probablement l’interprétation américaine la plus connue de l’art paysager. Le paysage a été de plus en plus contesté au cours du XXème siècle avec la montée de l’abstraction, et sa définition même a été remise en question: celle-ci a été élargie pour inclure les paysages industriels et urbains. L’idée traditionnelle du paysage est devenue moins commune avec une croissance des paysages semi-abstraits. Dans les années 1960, des artistes du Land Art tels que Richard Long ont changé la relation entre le paysage et l’art en créant de l’art dans le paysage lui-même. Ils sculptent littéralement la terre elle-même ou créent de nouvelles structures en utilisant des matériaux naturels, innovant et changeant la représentation du paysage dans l’art moderne.

Sunset Reflections, Kirstin MCCOY, 2018, Huile sur toile, 70 x 50 cm

Les artistes contemporains de Singulart continuent de développer la tradition du paysage, certains privilégiant une approche plus traditionnelle et d’autres peignant des scènes plus abstraites. Des artistes tels que Camilla Dowse, Kirstin Mccoy et Franz Baumgartner privilégient une approche plus figurative, tandis qu’Olivier Messas, Dagmar Vogt et Skadi Engeln présentent des espaces qui semblent se rapprocher de l’abstraction. Notre sélection de peintures de paysages réalisés par des artistes établis et émergents vous permet de découvrir le meilleur du paysage contemporain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *