Conseils aux collectionneurs

Comment vendre une oeuvre d’art

Que vous soyez collectionneur souhaitant revendre une partie de votre collection, ou particulier venant d’hériter d’oeuvres d’art que vous ne souhaitez pas conserver, la vente d’oeuvres d’art en second marché a aujourd’hui le vent en poupe. Mais comment sortir gagnant d’une transaction aux conditions souvent obscures pour les “non-initiés” ?

L’art est aujourd’hui considéré comme un excellent choix de placement de diversification; les oeuvres d’art se vendent bien, et ce même en temps de crise, mais à condition de choisir les bons intermédiaires. Nous passons avec vous en revue les différentes alternatives qui s’offrent au particulier souhaitant revendre une oeuvre d’art, pour vous permettre de vendre au meilleur prix.

Faire estimer et authentifier votre oeuvre d’art

L’estimation et l’authentification de votre oeuvre d’art est la première étape à effectuer si vous voulez revendre. L’authentification peut être relativement aisée si l’oeuvre est réalisée par un artiste reconnu, il suffit alors de consulter son catalogue raisonné. Mais dans la plupart des cas il est conseillé de faire appel à un spécialiste (historien de l’art, antiquaire…) qui pourra certifier que votre oeuvre est un original, et non le travail d’un faussaire.

Plusieurs facteurs influent généralement sur la valeur d’une oeuvre: tout d’abord sa traçabilité, donnée fondamentale pour pouvoir estimer la valeur finale. Il faut en effet pouvoir attester de la provenance de votre oeuvre: si elle a fait partie d’une illustre collection, cela fera forcément gonfler son prix final. L’état général de l’oeuvre ainsi que ses conditions de conservation vont également jouer sur l’estimation de la valeur de votre oeuvre.

Ich lieb’ die Welt, Janina BRÜGEL, 2014, Acrylique, 80 x 135 cm

Pour une description plus détaillée des procédures d’estimation d’une oeuvre d’art, vous pouvez consulter notre article Comment authentifier une oeuvre d’art ?.

Les différents intermédiaires et modes de transaction

Rappelons d’abord qu’il n’existe pas de mode meilleur qu’un autre : la stratégie à adopter dépendra du type d’objet que vous désirez vendre (peinture ancienne, art contemporain, mobilier ou objet d’art…) ainsi que de sa valeur estimée. Plusieurs choix de modes de revente s’offrent alors à vous.

La vente de gré à gré

Il s’agit en d’autres termes de la vente de ‘particulier à particulier’, caractérisée par l’absence d’intermédiaire: l’accord de vente est directement effectué entre le vendeur et l’acheteur. Cet échange est souvent informel, et s’effectue généralement dans le cadre du marchandage ou de la brocante s’il s’agit d’une oeuvre sans grande valeur financière. Si après estimation votre oeuvre s’avère avoir une certaine valeur, il vaut alors mieux solliciter l’appui d’un intermédiaire : un transporteur spécialisé, un expert, voir même un avocat pour les ventes internationales. Les services d’un avocat spécialisé dans le marché de l’art permettront de régler en avance les questions de droit applicable et de juridiction compétente, afin d’éviter toute forme de litige. Vous pouvez également faire appel à un conseiller indépendant ou à un courtier spécialisé en art ancien ou moderne, qui vous aidera à trouver un potentiel acquéreur pour votre oeuvre, moyennant une commission sur son prix de vente final.

Ce mode de revente offre l’avantage d’être particulièrement confidentiel, si vous ne souhaitez pas que votre oeuvre d’art soit médiatisée comme c’est le cas durant les grandes ventes aux enchères. Elle permet dans le même sens de resserrer à un nombre restreint le cercle d’initiés. Néanmoins ce n’est pas la meilleure option si vous souhaitez revendre rapidement votre oeuvre.

La mairie de Rethel, Noélie RAIX, 2017, Huile sur Toile, 60 x 73 cm

Le dépôt chez un galeriste, un brocanteur ou un antiquaire

De nombreux galeristes et antiquaires proposent aux particuliers d’effectuer l’estimation et l’authentification d’une oeuvre d’art, puis dans un second temps de se charger de la vendre. Vous pouvez effectuer gratuitement une mise en dépôt dans une galerie, une brocante ou chez un antiquaire, selon le statut de votre oeuvre. L’antiquaire ou le galeriste va alors dans la plupart des cas exposer votre oeuvre et chercher un possible acquéreur. Le prix de vente proposé sera décidé à partir du prix fixé par l’estimation, auquel l’antiquaire rajoute sa propre commission (généralement entre 20 et 30% en plus du prix d’estimation). Si la vente a lieu, l’antiquaire rétrocède alors au vendeur la somme fixée lors de l’évaluation de l’oeuvre.

Comme pour la vente de gré à gré, le principal avantage de la vente par dépôt est d’assurer une grande discrétion à la fois à l’oeuvre et à son vendeur.

L’antiquaire peut également proposer au vendeur d’acheter directement la pièce pour ensuite la revendre: cela offre l’avantage d’une vente très rapide, et le vendeur peut toucher directement les revenus de la vente. Mais un antiquaire qui achète de la marchandise à un particulier pense avant tout à réaliser une bonne marge à la revente, et aura donc tendance à estimer votre oeuvre à un prix beaucoup plus bas que celui du marché.

Galaxy#99, Javiera ESTRADA, Digital sur Papier, 81 x 122 cm

La revente en maison de vente aux enchères

Les grandes maisons de vente aux enchères comme Sotheby’s, Christie’s, Artcurial ou Drouot proposent un service d’estimation gratuit qui permet ensuite de proposer vos oeuvres d’art à la vente aux enchères. Ces institutions internationales organisent des ventes de prestige durant lesquelles les enchères peuvent facilement s’envoler. Elles s’organisent en départements (peinture ancienne, art contemporain, meubles anciens…), chacun dirigés par un spécialiste d’un domaine d’expertise spécifique. Selon la valeur et le type d’objet dont vous voulez vous séparer, il existe également de très bonnes maisons de vente régionales spécialisées dans un domaine particulier: horlogerie et joaillerie, mobilier…

Lors de l’expertise, le spécialiste fixe un prix d’estimation de l’oeuvre, qui est affiché avant la vente dans les catalogues. Est également fixé un prix de réserve, inférieur ou égal au prix bas de l’estimation, en dessous duquel l’oeuvre ne pourra être adjugée. Lors de la vente le commissaire-priseur décide du montant à partir duquel il débute l’enchère; cette enchère de départ est généralement inférieure au montant bas de l’estimation, pour inciter les potentiels acheteurs à enchérir.

Everyday Performance: a couple of rules, Damian SIQUEIROS, 80 x 120 cm

Le principal mérite de la vente aux enchères est la transparence et la sécurité: la maison vérifie la solvabilité de l’acheteur avant de conclure toute transaction. La plupart des maisons de vente proposent également un service de vente aux enchères en ligne et par téléphone, durant l’adjucation, ce qui permet d’ouvrir la vente aux clients internationaux comme aux acquéreurs non présents en salle. Néanmoins il faut garder à l’esprit que durant la plupart des ventes entre 10 et 30% des lots ne trouvent pas preneur. La maison de vente facture également des frais au vendeur, généralement entre 10 et 20% du prix de vente final.

Voici donc les trois principales alternatives qui s’offrent à vous si vous souhaitez revendre une oeuvre d’art. Ce sont les mêmes canaux que vous pouvez emprunter si vous souhaitez acheter une oeuvre. En ce qui concerne l’art contemporain, plus de la moitié des ventes s’effectuent aujourd’hui en galeries. La galerie d’art en ligne Singulart vous offre une sélection pointue d’artistes contemporains internationaux, pour vous permettre d’agrandir votre collection de peinture ou de photographie contemporaine.

Découvrez des oeuvres d’art uniques sur Singulart:https://www.singulart.com/fr/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *