À la une  •  Interviews

Cinq minutes en compagnie de Jing Li, créatrice de design urbain

Aujourd’hui nous allons au soleil de Sydney bavarder avec Jing Li, Designer Urbaine chez Conybeare Morrison International. Si vous suivez notre blog, vous avez peut-être lu notre compte-rendu de l’édition 2019 du festival  Vivid Sydney, qui présentait, entre autres, l’installation bluffante d’une chute de neige sur Sydney créée par LI elle-même.

En continuant la lecture, vous apprendrez comment, en faisant tomber la neige à Sydney ou en travaillant à des projets qui imaginent un avenir plus durable,  LI est en train de se faire un nom dans le design urbain.

D’où vous est venue l’inspiration et le désir de cette installation LET IT SNOW « Qu’il neige ! » ?

Des souvenirs  de mon enfance à Hangzouh, en Chine. Comme j’ai grandi à la fois près des montagnes d’un parc national et dans une ville en pleine expansion, j’ai toujours été fascinée par la nature et son influence sur les émotions des gens. Là-bas, il neigeait presque chaque hiver, et tout le monde adorait alors le contact avec cette neige étincelante. Cela nous apportait toujours du bonheur et de la sérénité, et nous donnait aussi des émotions bienfaisantes. Une fois installée à Sydney, j’ai trouvé dommage qu’il n’y neige pas. Voilà ce qui a fait germer l’idée de “Qu’il neige”, qui tente de donner à l’hiver ici à Sydney la sensation de la neige, et aux visiteurs l’occasion d’éprouver l’émotion que donne la beauté de la neige qui tombe et miroite.

Pouvez-vous nous parler du mélange de réel et de virtuel au coeur de votre installation ?

Éclairée de 4000 ampoules LED, « Let It Snow » réagit aux variations de la météo et aux déplacements des passants. Quand vous pénétrez dans l’installation, vous avez l’impression d’entrer dans un autre monde. Lorsque vous marchez entre les guirlandes lumineuses, la lumière et le vent circulent et se mettent à dialoguer. 

Si le vent souffle et que beaucoup de passants jouent, se baladent ou courent au milieu  des « flocons », l’endroit semble plus agité et plus « tumultueux » alors que les soirs de moins grande affluence lorsqu’il y a peu ou pas de vent, l’endroit est calme et serein, et les petits mouvements proposent comme une piste à suivre. Marcher entre les structures cristallines donne ainsi une bonne idée de la façon dont la neige tourbillonne.

'Let it Snow' at Sydney Vivid 2019.
 ‘Let it Snow’ à Sydney Vivid 2019. Photo: Jackie Chan.

Quelle difficulté majeure avez-vous rencontrée pour cette création ?

La capacité à rendre la beauté d’un flocon de neige, dans sa forme mais aussi son “ambiance”. Nous avons revu le design un certain nombre de fois entre la réponse à l’appel d’offre et la construction proprement dite. Finalement, nous avons choisi de créer 5 structures hexagonales. Leur combinaison a produit un espace ouvert, dégagé et pourtant bien défini qui permet aux visiteurs de se déplacer  entre les flocons. Les différents sentiers fournissent de multiples espaces où les groupes de visiteurs peuvent s’attarder pour regarder ou pour jouer avec l’installation.

Et justement, les visiteurs ont-ils joué avec Let It Snow comme vous l’espériez ?

Oui tout à fait. J’y suis allée plusieurs fois pour regarder les gens jouer avec l’installation et observer leurs réactions lorsqu’ils la découvrent. Mon intention était de créer un moment d’émotion, qui resterait inoubliable, et nous espérions voir les gens se déplacer dans ces guirlandes LED,  les toucher et regarder les flocons tomber.

J’ai vu des amoureux s’embrasser, des couples et des amis faire plein de selfies, des enfants jouer entre et avec  les guirlandes, des seniors admirer l’installation dans leurs fauteuils roulants.

Jing Li's 'LET IT SNOW' installation and the Sydney Opera House.
Let it snow de Jing Li et le célèbre Opéra de Sydney Photo: Jackie Chan.

Comment définiriez-vous le design urbain ?

En tant que designer urbain, mon souhait  est d’avoir une approche durable du bien-être des humains et de la protection de l’environnement. Voilà ce qui doit guider les développements urbains et la croissance future.

Comme dans d’autres domaines du design, le design urbain demande beaucoup d’imagination et la prise en compte totale du vécu de l’usager. Il ne s’agit pas seulement d’une vision globale, – de façonner une ville- mais également de s’attacher aux détails pour créer et définir des espaces, qui améliorent le cadre de vie et le vécu des habitants.

Sur quels nouveaux projets travaillez-vous ?

En ce moment notre agence travaille sur des plans directeurs et des projets d’infrastructure en Australie mais aussi ailleurs. A part le design urbain, nous aimerions nous lancer dans d’autres types de design et de création, comme la sculpture. Chaque année a lieu une grande exposition « Sculptures-plage » à Bondi Beach à Sydney. De nombreux artistes du monde entier y participent et des sculptures sont installées sur la côte. Nous aimerions nous essayer à l’exercice l’année prochaine.

A closer look at Jing Li's intricate design.
Gros plan sur le travail finement élaboré de Jing Li

Pour finir, si vous aviez un conseil à donner aux designers urbains de demain, quel serait-il ?

Créez pour demain.

Lorsque je dois prendre d’importantes décisions, je me pose toujours la question de savoir si mon projet répond à des besoins futurs.  Est-ce que je passe à côté du potentiel d’un truc nouveau ? J’envisage le design urbain comme un processus créatif de mise en synergie qui s’adresse à un public mais aussi aux habitants du lieu. Nous devons bien sûr penser aux commandes futures et à notre « cote », mais aussi prêter beaucoup d’attention aux véritables  besoins d’une communauté.

Cover Image: Jing Li

Photographer: Jackie Chan.




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *