...aux Collectionneurs  •  Conseils d'experts

La bibliothèque de Singulart : les femmes dans l’art à travers le roman

Roman - Vitamine de l'esprit (2018), Lena Smirnova

Elles ont souvent été dans l’ombre, les femmes dans l’art. Qu’elles soient restées discrètes ou aient été révélées au grand jour, leurs vies sont un véritable réservoir d’inspiration pour la littérature et en particulier pour le roman. Muses, mécènes, collectionneuses, critiques ou épouses, l’Histoire de l’art est constellée de destins féminins tout aussi fascinants que déterminants pour les artistes. On pense à Gala qui marqua tellement la carrière d’Eluard et de Dali, à Peggy Guggenheim qui sauva la vie de Pollock et d’autres artistes pendant la guerre, ou encore Camille Claudel, pour ne citer que quelques noms de l’histoire contemporaine.

Du roman biographique à l’autobiographie, je vous propose ici une sélection de 4 livres très différents pour vous donner un aperçu de ce que réserve la littérature contemporaine quand il s’agit d’allier femme et art. Ils m’ont passionnée et j’espère que vous les aimerez aussi.

1) Le roman biographique : Berthe Morisot, le secret de la femme en noir, de Dominique Bona

Avec Dominique Bona, vous avez la certitude de passer un magnifique moment romanesque. Biographe, elle étudie les correspondances, lit toute la bibliographie possible sur une personne et en ressort avec un roman truffé de détails historiques, qui parle d’un personnage autant qu’il parle d’une époque, et qui vous apprend toujours à mieux connaître un personnage – souvent secondaire – de l’Histoire des arts.

Ici c’est de Berthe Morisot qu’il s’agit. La seule femme du courant des impressionnistes qui va évoluer dans un milieu d’hommes, chercher à faire sa place comme femme artiste. Élevée dans la bourgeoisie à la fin du 19ème siècle, elle souhaite se consacrer à la peinture. Elle composera entre sa vie d’artiste, celle d’épouse et de mère. Un roman prenant, pour découvrir le milieu impressionniste, avec comme personnages secondaires Manet, Degas, Monet ou Renoir. Un grand roman aussi sur l’émancipation féminine à l’aube du 20ème siècle.

Pour retrouver des oeuvres de l’artiste après lecture, rendez-vous au Musée Marmottan à Paris. Bona a également prêté sa plume à d’autres femmes du monde de l’art : Camille Claudel dans un roman qui met en parallèle la vie de la sculptrice et celle de son frère écrivain, ainsi qu’à Gala.

2) La fiction biographique : En attendant Robert Capa, roman de Susana Fortes

Une fois n’est pas coutume, Robert Capa trouve le moyen de figurer dans l’une de mes communications ! Ce photographe que j’admire et qui – de fil en aiguille – m’a emmenée à créer Singulart, doit beaucoup à une femme. Et c’est justement l’originalité du roman de Susana Fortes, qui raconte Gerda Taro, celle qui a vraiment inventé Robert Capa. Vous découvrirez dans ce roman librement adapté de la réalité, une artiste plein de vie, idéaliste, une femme éprise de liberté qui ne peut se résumer à avoir été le grand amour de Capa. Ces deux-là se rencontrent dans le Paris des années 30 : entre les deux émigrés d’Europe Centrale, c’est une histoire d’amour magnifique et une histoire d’amour universelle pour la photographie.

Morte sur le champ de bataille, lors de la guerre civile d’Espagne, Gerda Taro a vu son talent reconnu il y a peu lorsque l’agence Magnum – cofondée par Robert Capa – a pu lui attribuer certains des clichés retrouvés dans la fameuse Valise Mexicaine.

3) Librement inspiré d’une vie d’artiste : Charlotte, roman de David Foenkinos

Cette femme-là, cette Charlotte-là, est une jeune peintre allemande, victime de la Shoah et décédée à 26 ans. Les oeuvres qu’elle a produites en si peu de temps sont néanmoins assez saisissantes pour avoir fasciné l’écrivain français David Foenkinos. Dans ce roman à la forme narrative atypique pour Foenkinos, il raconte qu’il a renoncé plusieurs fois au projet d’écrire le livre par peur de ne pas trouver les mots justes.

C’est ainsi un court roman tout en sensibilité que l’auteur nous offre, pour nous faire découvrir cette peintre torturée, en prise à une histoire familiale tragique, et qui trouva dans l’art un exutoire vital pour échapper aux heures les plus sombres de l’Histoire. Charlotte Salomon a compris son destin de peintre lors d’un voyage en Italie en 1933 alors qu’elle est adolescente. 

“Cet été 1933, c’est la réelle naissance de son évidence.

Il existe un point précis dans la trajectoire d’un artiste.

Le moment où sa propre voix commence à se faire entendre.

La densité se propage en elle, comme du sang dans de l’eau.”

Elle fut la seule juive à être admise à l’Académie des Beaux-Arts de Berlin à l’heure où se tenait l’exposition nazie sur l’art dégénéré. Le récit de sa vie m’a donné un aperçu sensible de cet absolue nécessité que ressentent les artistes de peindre pour sublimer le réel.

4) L’autobiographie d’artiste : Tel est mon métier, de Linsey Addario

Je voulais une autobiographie pour cet article sur les romans sur l’art et les femmes, et c’est celle de la photographe de guerre américaine Lynsey Addario qui m’est venue en tête. Le style n’est pas parfait, mais ce livre transporte aussi par son authenticité. 

La photographe vous fait vivre avec elle les grands moments de sa jeune carrière de photographe, ses débuts, une prise d’otage, la difficulté à vivre de son travail et à être une femme reporter. Elle raconte par exemple ce reportage en Afghanistan avec sa collègue journaliste, enceinte de quatre mois. Elles font tout pour camoufler la grossesse, et pouvoir se rendre inlassablement sur le terrain avec les soldats. Lindsay Addario questionne aussi le rôle du photographe, interroge le rapport de la photographie de guerre dans le monde de l’art. Comment renouveler l’esthétique pour capter le regard, comment montrer une scène de guerre de plus, un blessé comme on en voit tous les jours dans les journaux, de manière à toucher la conscience du lecteur. Pour moi la photographie de reportage est bel et bien un art, c’est aussi pour ça que nous lui consacrons une rubrique entière sur Singulart !

5) Et un roman pour la route : Amrita, de Patricia Reznikov

Celui-là c’est pour la route, puisque je ne l’ai pas encore lu. Mais c’est la nouveauté vers laquelle m’a orientée ma libraire quand je lui ai demandé conseil sur ce thème !

Sur la quatrième de couverture, cette phrase qui me l’a fait acheter : « Amrita Sher-Gil est à l’Inde ce que Frida Kahlo est au Mexique. »

A suivre donc 🙂

Et pour plus d’inspiration sur les femmes artistes, rendez-vous dans notre collection Les femmes par les femmes ou lisez notre portrait d’une collectionneuse d’art contemporaine.

Tour d’inventaire depuis ma bibliothèque (très éclectique et pas du tout ordonnée !)