Collectionneurs  •  À la une  •  Portraits inspirants

Collectionneurs d’art – Ryan Grant Little

Ryan Grant

Singulart est fier de présenter ses collectionneurs d’art, qui donnent un nouveau foyer aux œuvres – en soutenant les artistes et le marché de l’art – et renforcent notre mission. Nous avons eu l’immense plaisir de parler à Ryan Grant Little, un collectionneur berlinois. Il nous a parlé de son amour pour l’art et des raisons pour lesquelles il collectionne.

Qui est Ryan Grant Little ?

Ryan a grandi au Canada et est devenu un entrepreneur dans le domaine des technologies et des énergies renouvelables en fondant une grande organisation caritative canadienne : Canada Helps. Aujourd’hui, il vit à Berlin et travaille dans le monde entier en tant que consultant en matière d’investissements d’impact et d’innovations sociales, sous le titre de « RGL Strategic ». Il nous confie : « Fondamentalement, j’aide les gens et les entreprises à résoudre les problèmes qui comptent vraiment.« 

Son amour et son intérêt pour l’art ont commencé dès son plus jeune âge. Sa famille a une sensibilité artistique particulière pour le Canada – des œuvres d’art mettant en valeur de vastes paysages ou des couchers de soleil sur la baie Géorgienne. Son père s’est lui-même découvert un talent pour la peinture plus tard dans sa vie. Le goût de Ryan Grant était au départ assez conservateur – il aimait plutôt les anciens maîtres et était particulièrement attiré par l’impressionnisme français. Cependant, il n’a jamais voulu se limiter à un seul style. Dans sa chambre d’enfant, on pouvait aussi bien admirer une estampe de Corot qu’il adorait, qu’un poster de Jim Morrison.

Alors qu’il venait de rénover son appartement à Berlin, nous souhaitions avoir un aperçu de la nouvelle maison où se trouvent les peintures de notre artiste. Ryan a supprimé quelques murs et en a construit de nouveaux, ce qui lui a permis de remanier toutes ses œuvres et de les exposer d’une nouvelle manière.

L’art me réconforte. Avoir des oeuvres que j’aime sur un mur a le même effet cathartique que d’avoir les livres que j’aime sur une étagère. Je ne comprends pas les gens qui vivent avec des murs nus – j’aimerais avoir plus de murs !

ryan grant
Ryan avec son chien Gracie, en face de Portrait of a young green man (2019), Oleksandr Balbyshev.

Notre interview avec Ryan Grant Little

Comment décririez-vous le style de votre collection actuelle ?

Les gens ont remarqué que mon art met souvent en scène le thème de la guerre, ce que je n’avais même pas vraiment réalisé. J’essaie de m’éloigner de ce thème pour me tourner vers des œuvres plus joyeuses. Cependant, j’aime que les couleurs et les thèmes tendent vers le profond et l’obscur.

Vous souvenez-vous de la première œuvre d’art que vous avez achetée ?

Je pense que la première « vraie » pièce que j’ai achetée était une édition limitée de Karel Appel quand j’avais 19 ans. Elle a été offerte par un cadre de la banque pour être vendue lors d’une collecte de fonds à des fins caritatives. J’avais un peu l’impression de tricher, car il s’agissait d’une collecte de fonds pour mon association caritative, et l’événement lui-même était très peu fréquenté, donc j’étais en fait le seul enchérisseur ! Quoi qu’il en soit, j’adore ce tirage et il m’a suivi partout où j’ai été.

Qu’est-ce qui vous fait craquer lorsque vous achetez une oeuvre ?

Je suis impulsif quand il s’agit d’art et je ne voudrais pas qu’il en soit autrement !
Je suis plus heureux de mes choix quand ils sont du genre « il faut que je l’aie ».

J’ai acheté Test Bed de Luca Bogdan lors de mon premier voyage de retour à Toronto, en 2011, après avoir déménagé à Berlin. Mon frère et moi sommes allés de l’aéroport vers un vernissage où la pièce était exposée. J’étais tellement séduit par cette œuvre que je me suis mis en colère contre les gens qui ne faisaient que la regarder. J’étais réellement inquiet que quelqu’un d’autre puisse l’acheter que j’ai littéralement fait la queue à travers toute la pièce jusqu’au propriétaire de la galerie et l’ai achetée avant que quelqu’un d’autre ne le fasse.

Ryan Grant Little avec son oeuvre préférée Test Bed by Luca Bogdan.

Quel est votre endroit idéal pour découvrir des œuvres ?

Berlin est réputée pour sa scène artistique, mais les artistes sont hélas exclus de la ville. J’ai encore beaucoup d’exploration à faire, mais je pense que l’Europe de l’Est est la région où j’ai le plus de chances de trouver ce que je recherche, car mes deux œuvres préférées dans ma collection sont Test Bed de Bogdan Luca, un artiste roumain et canadien, et Portrait d’un jeune homme vert – que j’ai acheté sur Singulart – d’Oleksandr Balbyshev d’Ukraine.

À part ces deux-là, quels sont les artistes que vous avez découverts récemment ?

Dernièrement, j’ai passé beaucoup de temps a étudier la photographie avec des livres sur l’artiste Wolfgang Tillmans. Je l’ai toujours connu dans un style plutôt abstrait, mais je n’ai vraiment découvert son travail que récemment. C’est une figure très importante de la scène techno et LGBTQ de Berlin, ainsi que de Londres, là où il vit.

Si vous aviez tout l’argent du monde – quel artiste aimeriez-vous ajouter à votre collection ?

Eugène Delacroix, bien qu’il serait absurde d’avoir un de ses tableaux accroché au mur de mon salon. Je le donnerais donc à une galerie et nous serions de retour là où nous en sommes, avec un bon reçu fiscal.

Enfin – auriez-vous des conseils pour les nouveaux collectionneurs ?

Achetez les pièces que vous aimez, oubliez les décors assortis, ne prévoyez pas de gagner de l’argent dans l’art, sauf si vous avez vraiment l’intention de gagner de l’argent dans l’art.

Si vous êtes intéressé par le style artistique de Ryan Grant Little, découvrez d’autres œuvres qu’il a sélectionnées sur Singulart :