Artistes  •  Expositions et foires  •  News  •  Portraits inspirants

Conversation avec Vanessa Van Meerhaeghe

La peintre et dessinatrice belge Vanessa Van Meerhaeghe est l’une des sept artistes de SINGULART qui participe à la foire Affordable Art Fair à Bruxelles en septembre. Ses œuvres, fortement influencées par son travail dans le secteur de la mode, mêlent couleurs vives et scènes issues de la nature. Ses sujets sont souvent sortis de leur contexte et placés dans un environnement paradisiaque, son style illustratif capture des paysages étranges tout en créant une impression de déjà-vu.

Nous avons discuté avec Vanessa de ses influences artistiques et de son processus de création.

Pouvez-vous vous présenter et nous parler brièvement de votre parcours ?

Depuis mon enfance, j’ai toujours dessiné. Je n’avais pas beaucoup d’outils à l’époque, seulement du papier (quadrillé) et des crayons ! À l’époque, je ne pensais pas que devenir un artiste était une possibilité. Mais j’ai toujours su que je voulais faire quelque chose de créatif.

J’ai étudié le design lié à la mode dans une école d’art et j’ai travaillé comme designer pendant plus de 20 ans pour plusieurs marques belges. J’ai commencé à travailler en tant qu’illustrateur freelance vers 2010 par amour pour le dessin. Quelques années plus tard, l’illustration a évolué vers la création d‘œuvres d’art tangibles avec de l’encre sur papier. Et à un moment donné,j’ai complètement abandonné le dessin numérique pour me lancer dans la peinture. À l’école d’art, je n’ai pas appris grand-chose sur la peinture, juste quelques bases, alors j’ai dû apprendre au fur et à mesure de ma pratique.

Comment décririez-vous votre style ?

Je dirais que mon style se compose de portraits et de paysages vivants, avec des couleurs vives et des végétaux éclatants. C’est moderne tout en étant ludique avec un fort sens narratif.

Vanessa Van Meerhaeghe
Infernal Shallows
Infernal shallows (2021)
Vanessa Van Meerhaeghe

Qu’est ce qui vous inspire en tant qu’artiste ?

Mon expérience dans le domaine de la mode est toujours très présente dans mon travail, mais la nature est également devenue un élément principal de mes peintures.

Certaines peintures représentent des endroits réels où j’ai été, la plupart du temps en randonnée, mais l’utilisation de couleurs inhabituelles donne à ces endroits une atmosphère imaginaire. D’autres tableaux sont en partie imaginés, en partie inspirés par mes photos de voyage. J’ai vécu en Afrique de l’Ouest pendant deux ans, d’où l’utilisation de scènes tropicales et de palmiers. Mais j’aime aussi peindre des plantes tropicales dans des endroits où elles ne poussent pas vraiment.

La peinture de paysages a en fait commencé comme en tant qu’arrière-plan pour mes peintures de mode. Il y a quelques années, je ne peignais que des portraits (de mode), et les fonds unis m’ont vite paru un peu ennuyeux. Lorsque j’ai commencé à ajouter de la nature dans mes peintures, c’est devenu beaucoup plus excitant, les portraits sont devenus vivants et avaient des histoires à raconter. Aujourd’hui, je peins aussi des paysages qui se suffisent à eux-mêmes, sans personnages, mais qui ont aussi des histoires à raconter. Ou bien je peins ces tout petits personnages dans mes paysages, pour créer une narration amusante.

Diriez-vous que vous êtes influencée par le surréalisme ?

Je ne dirais pas que je suis influencé par le surréalisme, c’est plutôt les couleurs. L’utilisation de couleurs vives peut apporter cette touche surréaliste, mais c’est involontaire. Je suis très influencé par la photographie de mode, et j’aime particulièrement le style des publicités Gucci.

Pouvez-vous nous décrire votre processus de création ? Quelle partie de la création d’un tableau vous semble la plus intéressante et pourquoi ?

Je n’ai pas de processus particulier. Parfois, je fais de petites esquisses sur papier, avec des crayons, des pastels ou de l’aquarelle. C’est plutôt basé sur la palette de couleurs. Quant aux portraits, je commence par dessiner les positions sur la toile, sans savoir quelle sera l’histoire. Les histoires prennent vie lorsque j’ajoute des couleurs de fond. Jusque-là, ça peut aller dans tous les sens. Je pense que c’est ce qu’il y a de plus intéressant.

Vanessa Van Meerhaeghe 
So Far Away
So far away (2021)
Vanessa Van Meerhaeghe

Quel est le prochain projet sur lequel vous travaillez ?

Après l’AAF, je n’ai plus de projets concrets d’exposition. J’aimerais beaucoup faire partie d’une exposition pour laquelle je créerais spécialement de nouvelles œuvres autour d’un thème spécifique. Une histoire entière sur plusieurs toiles. J’aimerais faire un livre de voyage avec des petites œuvres et des photos, comme un journal intime. Mais cela prend tellement de temps que je ne sais pas si j’arriverai un jour à le terminer. Je suppose que je dois commencer par faire un plan !

Merci à Vanessa d’avoir pris le temps de répondre à nos questions !

VOIR NOTRE SÉLECTION LIÉE À L’AFFORDABLE ART FAIR ICI