À la une  •  Femmes d'art

En conversation avec Alexandra Link

Rédactrice en chef adjointe de l’édition allemande du magazine ELLE, Alexandra Link est une femme engagée, fervente défenseure de l’égalité des genres. A SINGULART, nous pensons qu’un jour n’est pas suffisant. C’est pourquoi, à l’occasion du mois international des droits de la femme, nous avons collaboré avec elle à la création d’une collection spéciale, qui met en lumière la représentation des femmes dans l’art, par des femmes artistes. Nous lui avons posé quelques questions sur cette initiative.

Pourquoi était-il important pour vous de collaborer sur ce projet ?

J’aime l’art et j’aime soutenir les femmes. Dans le Elle Allemagne, nous avons une série appelée « Female Empowerment » où nous écrivons des articles sur le féminisme moderne et l’égalité des droits. Je sais aussi que les femmes artistes, aujourd’hui et dans le passé, sont souvent un peu oubliées. Je veux changer cela et donner aux artistes féminines extraordinaires la plateforme qu’elles méritent.

Avec cette collection, l’idée principale était de mettre en valeur le corps des femmes par des femmes dans l’art. Pourquoi pensez-vous que le fait que les femmes revendiquent la propriété de leur corps soit toujours considéré comme un problème dans la société, notamment sur les réseaux sociaux ?

Je pense que c’est dû à la façon dont nous sommes socialisés. D’un côté, les femmes sont excessivement sexualisées. D’autre part, nous avons peur de montrer notre vraie nature. La plupart des femmes apprennent dans leur enfance à cacher leur vraie nature parce que les femmes « ne doivent pas être bruyantes ou agressives ». Et, je pense que même s’il existe de grandes différences dans le monde, toutes les femmes y sont confrontées.

Old friends, par Alia Essam (Égypte), Acrylique sur toile, 60x80cm

Vous vous exprimez beaucoup sur l’égalité des sexes sur votre compte Instagram personnel. Comment est ce devenu un de vos sujets phare ? Et que faut-il faire dans les industries créatives pour une véritable équité ?

Je suppose que c’est un parcours personnel. J’ai grandi en apprenant qu’il ne fallait pas être bruyante et qu’il fallait toujours s’intégrer. Et ça m’a rendue très timide quand j’étais plus jeune. C’est seulement maintenant, à la quarantaine, que je trouve mon propre pouvoir. J’ai appris que l’on a besoin de modèles et soutiens féminins pour s’épanouir sur le plan personnel et professionnel, et c’est ce que je veux donner.

Quel est le rôle de ELLE – fondé par les icônes féministes Hélène Lazareff et Françoise Giroud – dans l’émancipation des femmes ?

ELLE a toujours soutenu les femmes et le féminisme. C’est ce que nous voulons poursuivre maintenant et à l’avenir. Je crois fermement que l’art, la mode et la photographie de mode ont le pouvoir de changer notre perception. Ces trois disciplines reflètent l’air du temps et, en même temps, nous donnent une image de ce à quoi l’avenir peut ressembler. Ça développe notre imagination, et apporte le changement nécessaire pour un avenir meilleur. Vous devez d’abord l’imaginer.


In an extremely ordinary secret room by Young Park (Corée du Sud), Acrylique sur toile, 107×81,5cm

Ces dernières années, les femmes ont de plus en plus brisé le silence sur la discrimination et le manque d’égalité dans presque tous les aspects de la société. Où en sommes-nous, selon vous ?

Je pense que nous n’en sommes qu’au début et qu’il y aura beaucoup d’autres scandales #metoo dans le futur. Les femmes ont encore peur de parler ouvertement, mais c’est tellement important. Rien ne peut changer si nous ne mettons pas l’accent sur les choses qui sont mauvaises et déséquilibrées.

Découvrez la collection curatée d’œuvres d’artistes féminines avec Alexandra Link ici.