À la une  •  Artistes

Rencontre avec Olga Nikitina, l’artiste qui peint sous l’eau

Olga Nikitina est une artiste russe qui travaille dans le domaine florissant de la peinture sous-marine. Après s’être installée en Egypte et avoir travaillé comme instructeur de plongée sous-marine dans la mer Rouge, Nikitina est tombée amoureuse des coraux et de la vie marine qui contrastent avec le paysage désertique environnant. Totalement immergée dans l’environnement marin, Nikitina peint sur une toile spéciale en utilisant des peintures à huile non toxiques grâce à André Laban, le pionnier de cette pratique et l’ingénieur de l’équipe de Jacques Cousteau. Découvrez son quotidien alliant sa passion pour la peinture et la mer et sa pratique unique de l’art dans cette interview exclusive.

Bonjour Olga! Quelle est la première chose que vous faites en vous levant le matin ?

Pour moi l’heure du réveil est très importante. J’aime me lever en même temps que le soleil et passer quelques heures dehors. J’habite dans un petit village Safaga ,en Egypte, juste en face de la Mer Rouge. J’aime commencer la matinée en faisant du sport à l’extérieur, en courant le long de la mer ou en faisant du Yoga sur la page. Quand je ne fais pas de plongée sous marine, le meilleur moyen pour passer du temps dans la mer et trouver de l’inspiration, est de faire de la plongée avec un tuba tôt le matin. J’aime aussi les séances de peintures sous-marine tôt le matin . Le soleil est encore bas dans le ciel et les couleurs dans l’eau sont très vives : jaune, rouge et orange. Les poissons se réveillent peu à peu et se nourrissent : c’est une atmosphère très calme et agréable pour faire de l’art.

Qu’est ce qui inspire votre créativité chaque jour ?

Mon inspiration vient tous les jours de la mer. Je fais très souvent de la plongée sous marine ou de l’apnée et quand je suis au centre de plongée je vois encore les paysages marins avec des couleurs différentes selon la position du soleil. Je passe probablement la moitié de mon quotidien dans la mer à créer. Lorsque je fais de la plongée, je regarde toujours la vie sous-marine au travers de ma vision artistique ; ou à l’inverse ce que je vois passe par mes yeux, mon coeur, mon âme, et mon cerveau crée des images dans mon esprit. Très souvent si je ne peux pas peindre directement après la plongée, je note dans mon carnet ce que je veux refléter à travers mes souvenirs.

C’est comme ça que j’en suis venue à créer mon art sous-marin. J’exprime mes sentiments par rapport à ce que je vis sur le moment précis dans l’environnement marin.

Olga avec sa peinture

A quoi ressemble votre espace de travail ?

Si je travaille avec de la peinture traditionnelle je le fais dans mon studio chez moi, à la plage ou sur un bateau. J’aime beaucoup travailler en plein air.

Pour les séances de peinture sous-marine, je choisis les récifs à proximité, dans des eaux peu profondes de 5 à 10 mètres ou d’autres beaux endroits de plongée qui sont accessibles depuis le bateau. En ce moment je passe beaucoup de temps dans la Mer Rouge et ma collection principale de peinture sous-marine s’appelle « Influence de la Mer Rouge ». J’ai également lancé des projets dans d’autres pays et océans et j’espère pouvoir bientôt partager ces nouvelles collections de peinture sous-marine.

Décrivez le coeur de votre technique et comment vous avez été à l’origine de cette pratique particulière.

Se lancer dans la peinture sous-marine a été un processus très long mais intéressant, plein de nouveautés. La communauté des artistes sous-marin n’est pas grande et il n’y a que quelques personnes dans le monde qui pratiquent cet art. Il n’existe pas de livres, instructions ou vidéos qui expliquent la façon de faire, il y avait juste quelques artistes avec qui parler et dont j’ai appris. J’ai donc du faire de la recherche moi même au travers de la pratique avec des erreurs et des découvertes. Et finalement j’ai trouvé une technique pratique en peignant à l’huile sur toile avec un couteau à palette. Une autre chose importante pour peindre sous l’eau est l’indissolubilité des couleurs, elles doivent aussi adhérer à la toile. C’est aussi écologique, rien n’est jeté dans la mer et tout ce que j’apporte sous l’eau remonte avec moi.

Olga peint sous l'eau

Quant à mon style de peinture, j’ai d’abord commencé à peindre la nature : que ce soit des natures mortes de coraux, des portraits de poissons ou d’humains, des paysages marins ou des récifs impressionnants. Mais dès que j’ai amélioré mes compétences et acquis plus d’expérience j’ai pu me concentrer d’avantage sur mes sentiments et mes émotions. J’ai remarqué que sous l’eau on ressent une sorte de trans et c’est très grisant de retraduire exactement cette humeur et cette perception au moyen de l’abstraction.

Quels sont vos éléments principaux pour peindre ?

Quand je travaille en studio j’aime la lumière naturelle du matin, le silence ou une musique relaxante, selon mon humeur et ce que je crée. J’aime beaucoup manger du chocolat pendant que je peins. Quand je travaille sous l’eau, j’écoute simplement ma respiration et le bruit des poissons.

Comment savoir ou décider quand une oeuvre d’art est terminée ?

Parfois il est difficile de s’arrêter de travailler sur une oeuvre d’art. A chaque fois j’ai de nouvelles idées ou je veux changer ou ajouter quelque chose. Très souvent, je surcharge l’oeuvre et elle devient un peu lourde. Mais ce n’est pas le cas pour la peinture sous-marine. Tout d’abord vous êtes limité par l’alimentation d’air et par le temps de décompression. J’essaye de finir le travail de peinture sous marine en une seule séance, parce qu’on ne retrouve jamais la même ambiance, le même environnement, les mêmes lumières et les mêmes couleurs d’une fois sur l’autre. Les oeuvres d’art peuvent parfois sembler inachevées mais j’en suis complètement satisfaite.

Olga et une tortue

Qu’aimez vous faire pour vous détendre après une journée de travail ?

Ca dépend de ce que j’ai fais pendant la journée. Je peux passer du temps à la maison à lire tranquillement à écouter de la musique ou à cuisiner. Je ne regarde pas la télévision mais j’aime bien regarder un bon film de temps en temps. A Safaga, nous n’avons pas beaucoup d’opportunités pour avoir une vie sociale, il y a juste quelques bar ou cafés ou je vais retrouver des amis. La grande ville la plus proche de chez moi est Hurghada à 50 km, donc j’y vais deux fois par mois pour faire du shopping et pour la vie de grande ville.

Quel est votre aspect préféré du processus créatif ?

Le processus créatif fait partie de moi et de ma vie. C’est une langue internationale qui me permet de parler avec les autres, de montrer mon monde et de partager mes opinions. C’est un outil si vous avez besoin de dénoncer certains problèmes et certaines grandes choses; c’est aussi un environnement ou vous pouvez apprendre et vous développer. Si mon art peut toucher quelqu’un d’autre et susciter des émotions dans son coeur, alors c’est la meilleure récompense pour moi.

Merci Olga ! Découvrez d’autres de ses magnifiques créations sur son profil !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *